75020 PARIS

47 rue des cascades 75020 PARIS

A cette adresse, en avril 1913, une jeune femme de trente-trois ans, Maria Aimé, ménagère,  écrivait tout dernièrement à sa sieur aînée, qui habite Saint-Malo, une lettre dans laquelle elle lui annonçait son intention de se suicider.

Affolée, la sœur ainée télégraphia à M. Thiéry, commissaire de police, qui, immédiatement, se rendit rue des Cascade.

Là, croyant trouver Mme Maria Aimé morte, il fit ouvrir sa porte par un serrurier. Grande surprise, la suicidée sans persuasion offrait tranquillement le thé à un ami.

Elle n’avait pas la moindre envie de mourir.


31 rue Levert Belleville 75020 PARIS

31 rue Levert Belleville 75020 PARIS

M.Frédéric Noé, âgé de soixante et un ans, était un ancien bijoutier. Il avait tenu avec ses deux filles, un magasin de passementerie à Ménilmontant.

Il y a un an, les affaires ayant mal tourné, il dut abandonner sa maison qui fut mise en liquidation.

La fille ainée n’ayant pu supporter cette mauvaise situation de vie, s’asphyxia dans sa chambre, au mois juillet 1884.

M.Noé quitta aussitôt le quartier et s’établit au 31 rue Levert, à Belleville (qui deviendra un quartier de Paris). Il y loua avec sa fille cadette, âgée de trente-sept ans, un petit logement au loyer s’élevant à 300 francs par an.

Le père et la fille vivaient en bonne intelligence, étaient appréciés de tous leurs voisins avec qui ils entretenaient d’excellentes relations.

Cependant, le 12 juin 1884, au soir, pour un motif inconnu, les deux locataires écrivirent à leurs parents et amis plusieurs lettres déposées à la poste, vers neuf heures.

Ils déposèrent également une lettre cachetée au commissariat de Belleville, à dix heures annonçant que le lendemain matin, ils ne seraient plus de ce monde.

Ensuite, ils rentrèrent dans leur chambre, allumèrent un réchaud et s’étendant chacun dans leur lit, ils attendirent que la mort vienne les chercher.

Le 13 juin 1884, au matin, le concierge ayant ouvert la porte, se trouva alors en présence des deux cadavres déjà bien froids.

La cause de ce double suicide restera un mystère.

Vous habitez à cette adresse, vous qui passez à proximité du 31, ayez donc une pensée pour cette famille qui a eu une vie très difficile.