75004 PARIS

 


89 rue Saint Antoine

Début novembre 1913 ( vers le 09), par suite d’un dérapage, la balayeuse automobile 206 R, conduite par le chauffeur Cureau, est montée, hier après-midi, sur le trottoir, à hauteur du n°89.

Elle a blessé deux passants Mme Lauzené, 22, rue Geoffroy-Langevin, et M. Auginot, 7, rue Mornay, qui ont reçu des soins dans une pharmacie.

La balayeuse a également renversé l’étalage d’une poissonnerie.


85 rue saint Martin 75004

En 1913, courant janvier,  M. Simon, commissaire du quartier Saint- Merri, a envoyé à l’infirmerie spéciale du dépôt, un Hongrois, Ladislas Prestolansky, fourreur de quarante-trois ans, demeurant 85, rue Saint-Martin, qui, au cours d’une crise de fureur provoquée par l’abus de la boisson, avait assommé sa femme à coups de bûche. 

 


28 rue Sainte Croix de la Bretonnerie 75004
28 rue Sainte Croix de la Bretonnerie 75004

En 1884, à cette adresse, les frères PIOT, successeurs de GUERARD et Cie vous proposait à la vente des Tord-boyaux, pour éliminer les rats, les mulots etc.

La destruction de ces nuisibles était infaillible affirmait leur publicité à l’aide de leurs produits.

La boîte était vendue 75 centimes, également dans toutes les pharmacies.


71 rue Saint Martin 75004 PARIS
71 rue Saint Martin 75004 PARIS

Le 28 juillet 1925, existait à cette adresse un bar-restaurant.

Jules Blanchot, un cow-bow, a voulu montrer sa force et son adresse mais  tira, hélas sur un paisible consommateur, M.Victor Sentence dit le “Grand Tolor”.

Ce dernier fut touché mortellement à la tête.

M.Blanchot a été inculpé d’homicide par imprudence devant la 12ième chambre de police correctionnelle, présidée par M.Tanon. L’inculpé a plaidé par l’intermédiaire de son avocat Maître Voizard.

La condamnation est tombée : huit mois de prison  mitigés par la loi de sursis.


24 rue Sainte-Croix de la Bretonnerie 75004 PARIS
24 rue Sainte-Croix de la Bretonnerie 75004 PARIS

Le 09 novembre 1876, à 16h, Alexis Dulhey, qui était concierge et demeurant à cette adresse, s’est pendu dans sa loge.

Sa femme était absente ainsi que ses 7 enfants.

Visiblement, la cause de cet acte serait due au fait qu’il ne supportait plus souffrir à cause des rhumatismes articulaires chroniques, qu’il avait depuis longtemps.

Peut-être, y avez-vous croisé, son fantôme.

Paix à son âme.